Les documents à fournir lors d'un emprunt immobilier

SIMULATEURS DE MENSUALITÉS OU DE CAPACITÉ D’EMPRUNT
DÉPOSER UNE DEMANDE DE CRÉDIT SANS ENGAGEMENT
DEMANDER UNE ÉTUDE COMPARATIVE D’ASSURANCE DE PRÊT
Liste des documents pour un prêt immobilier



Les documents à fournir lors d’un achat immobilier à crédit et quelques astuces




Un achat immobilier se fait souvent pour de nombreuses années et représente une charge souvent impossible à financer d’un coup. Il faut donc avoir recours à un crédit immobilier. Une banque sera alors sollicitée soit directement par un couple d’emprunteurs, soit au travers d’un courtier en crédit immobilier, intermédiaire de plus en plus requis.


Quels sont les éléments nécessaires pour effectuer une demande de prêt ? Quels sont les documents et informations à fournir pour permettre à une banque d’étudier une demande de prêt ? Quels sont les critères qui me permettront d’obtenir un prêt ?



Les éléments nécessaires pour effectuer une demande de prêt 



Il faut établir la situation personnelle et financière du futur emprunteur afin de savoir s’il sera capable, pendant toute la durée du prêt de faire face aux échéances du prêt.



L’état Civil


Si vous empruntez seul, il faudra fournir uniquement votre carte d’identité ou passeport en cours de validité. Pensez à vérifier que vos documents sont à jour. Certaines banques acceptent d’utiliser le récépissé provisoire délivré par la mairie dans l’attente des nouveaux documents d’identité.



les pieces necessaires pour une demande de pret

 piece d identite






Si vous êtes en couple, il faudra aussi fournir l’attestation de Pacs si vous êtes pacsés ou le livret de famille si vous êtes mariés ou/et si vous avez des enfants. En cas de contrat de mariage, peu de banques demandent le contrat en question.


Si vous êtes divorcés ou séparés, les banques peuvent demander le jugement de divorce, surtout s’il y a versement ou perception d’une prestation compensatoire ou d’une pension alimentaire.


Autre requête souvent associée à l’ouverture d’un compte bancaire, la banque voudra aussi un justificatif de domicile de moins de trois mois. Cela ressemble de plus en plus à un casse-tête, car entre les échéanciers reçus une fois par an, les abonnements aux opérateurs hors lignes fixes alternatifs à Orange qui ne sont pas pris en compte et certaines factures qui sont uniquement semestrielles, il est parfois impossible d’avoir un justificatif valide. 


Rappelons la liste des justificatifs autorisés


Justificatif de domicile à votre nom :

  • Facture d'eau, de gaz, d'électricité, de téléphone ;
  • Quittance d'assurance du logement. 

Si vous êtes hébergé : 

  • Photocopie de la pièce d'identité de la personne qui vous héberge ; 
  • Justificatif de domicile de la personne qui vous héberge ;
  • Lettre de la personne qui certifie vous héberger à l'adresse indiquée sur le justificatif de domicile.


Résumé des pièces nécessaires :


  • Carte d’identité ou passeport en cours de validité ;

  • Justificatif de domicile en cours de validité ;

  • Livret de famille (toutes les pages remplies) ;

  • Jugement de divorce ou de pension alimentaire ;

  • Attestation de Pacs.

Après avoir déterminé la base du foyer, la banque souhaitera connaître l’assise financière du couple. 



Les revenus des emprunteurs 



Pour cela, l'établissement bancaire demandera :


1. Pour un salarié


  • Les 3 derniers bulletins de salaire afin de pouvoir se rendre compte de la cohérence et de la régularité des revenus. Pour une personne qui perçoit des commissions, la banque prendra la moyenne des 3 salaires pour lisser une moyenne de revenus. Certaines banques refusent de retenir les commissions ou le variable d’un commercial, alors que c’est dans l’essence même de sa rémunération. En revanche, il sera logique de ne pas retenir une prime ponctuelle ou exceptionnelle.



les pieces necessaires pour une demande de pret

bulletin de paie




  • L’avis fiscal sur les deux dernières années permettra lui aussi de déterminer la cohérence et la récurrence des revenus. La déclaration pré-remplie et envoyée par l’administration fiscale en avril-mai est aussi un élément intéressant à fournir, car elle reprend les salaires versés l’année passée. De plus, dès que la déclaration est saisie sur Internet, il est établi un « avis de situation déclarative » qui fait office d’avis fiscal avant que le définitif ne soit adressé par l’administration.




les pieces necessaires pour une demande de pret

avis de situation declarative






les pieces necessaires pour une demande de pret

impot sur le revenu




  • Le contrat de travail peut être exigé, si la personne est en CDI (Contrat à Durée Indéterminée) depuis moins d’un an.


  • Une attestation signée de l’employeur indiquant une hausse des revenus pourra aussi être retenue pour améliorer le taux d’endettement.


2. Pour un chef d'entreprise, un commerçant, un agriculteur, un artisans ou encore un professionnel libéral  : 


Concernant les chefs d’entreprises, profession libérale, commerçants, agriculteurs ou artisans, il sera demandé les trois derniers bilans

Une analyse sera alors effectuée par un analyste en charge des professionnels. Il s’agit souvent d’une autre personne que l’instructeur du crédit. Il rend un avis sur la solvabilité de l’entreprise et sur sa capacité à fournir un revenu pérenne à celui qui la dirige. Le revenu retenu sera la moyenne sur les trois dernières années, sauf si le revenu décroit où seul le dernier revenu sera retenu. 

Attention, si vous demandez un crédit en mars et que votre bilan clôture en décembre, la banque voudra un projet de bilan. Il faut donc faire accélérer votre comptable si vous décidez d’acheter à ce moment-là.


Il peut arriver que pour une entreprise, le salarié en CDI de six mois puisse emprunter et pas son patron…  En effet, il n’est quasi jamais fait de rating sur la société lorsqu’il y a un salarié. Par ailleurs, le salarié pourra bénéficier des allocations chômage en cas de soucis, à la différence de son patron.


3. Pour un auto-entrepreneur


Concernant les auto entrepreneurs, il faudra aussi prouver trois années d’activité. Les avis fiscaux permettront de justifier les deux années les plus vieilles. Pour l’année en cours, les déclarations trimestrielles pourront servir de justificatif.

Certaines professions, comme les professions médicales, les internes en médecine par exemple, ou les chirurgiens peuvent être dispensés d’un tel recul d’activité, car leurs revenus sont très évolutifs et on peut tenir compte d’une hausse à brève échéance.


4. Pour un fonctionnaire


Concernant les fonctionnaires, pas de panique, il est notoire que l’envoi des bulletins de traitement sont assez espacés (surtout dans l’éducation nationale). 


Pour chaque candidat à l'emprunt, de nombreux autres documents et informations seront nécessaires


  • Revenus fonciers :                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Si l’emprunteur possède des biens immobiliers, il peut percevoir des revenus fonciers. La banque ne retiendra que 70 % de ce revenu pour anticiper le coût fiscal de ce revenu et son imposition à la CSG et à la taxe foncière. Elle prend aussi en compte les aléas d’une absence de location ou un défaut du locataire. C’est le revenu hors charge qui est retenu. Lorsqu’il s’agit d’un investissement locatif, la banque acceptera de retenir le futur revenu locatif (toujours pondéré à 70 %) dans le calcul de l’endettement. Pour un revenu locatif existant, il faut fournir la déclaration sur les revenus fonciers 2044 et la copie du bail. Si le bien est géré par une agence immobilière, un relevé sera parfaitement admis.



les pieces necessaires pour une demande de pret

taxe fonciere





  • Revenus de capitaux mobiliers, dividendes :                                                                                                                                                                                                                                                                                         Dans ce cas, il sera là aussi procédé à une pondération sur 3 ans des revenus de capitaux mobiliers afin d’avoir une cohérence. Toutefois, il est difficile de faire retenir aux banquiers ce type de revenus.

  • Pension alimentaire perçue :                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      Elle est en général retenue mais cela dépend beaucoup de l’âge des enfants. En effet, si l’emprunt est sur 25 ans et que les enfants ont 17 ans, la banque ne voudra pas les retenir, car la pension va s’arrêter quelques années à peine après le départ du prêt.

  • Cas des intérimaires/Contrat à Durée Déterminé (CDD) :                                                                                                                                                                                                                                                                   Contrairement à l’idée répandue, il n’est pas impossible d’obtenir un crédit si vous êtes dans cette situation. Il faudra justifier de deux années de travail continues. Les indemnités Pôle Emploi sont même prises en compte pour les intermittents du spectacle pour le calcul de l’endettement. Concernant les CDD certaines professions seront plus enclines à donner un accès au crédit : les infirmières ou profession de santé par exemple. Il ne faudra cependant pas cumuler les handicaps (absence d’apport, d’épargne…).


  • Cas des personnes qui partent à la retraite :                                                                                                                                                                                                                                                                                              Si l’emprunteur se présente quelques mois avant sa retraite ou qu’il fait un emprunt sur une période importante où il aura cessé son activité, la banque voudra caler les échéances sur la future retraite. Il faudra donc fournir une simulation de la retraite et respecter le ratio des 33 % sur la base de la future retraite. 


  • Pour les salariés et fonctionnaires :                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Il faut retenir le revenu net imposable. Ce revenu n’est pas celui que vous touchez réellement qui est le net à payer. Le revenu net imposable réintègre la CSG non déductible et les frais éventuellement retenus par l’entreprise (ex. ticket restaurant ou titre de transport…).                                                                                                                                                                                                                                                Le revenu net imposable est souvent indiqué dans une des cases figurant au bas du bulletin de salaire. On peut aussi prendre le cumul net imposable, à partir du mois d’avril et qui sera divisé par le nombre de mois écoulés depuis le début de l’année. Il donne un revenu moyen assez précis et va dans le sens de ce que souhaite la banque.


Résumé des pièces nécessaires :


  • 3 derniers bulletins de salaires ou traitement ou 24 derniers mois d’activité si CDD et intermittents ;

  • Le contrat de travail (si moins d’un an d’ancienneté) ;

  • 2 derniers avis fiscaux ;

  • Déclaration pré-remplie (à partir du mois d’Avril) ;

  • Avis de situation déclarative (à partir du mois de Juin) ;

  • 3 derniers bilans (ou les deux derniers, car sur le N-1 apparaît le deuxième plus ancien) ;

  • Le projet de bilan (si achat en mars) ;

  • Document reprenant l’estimation de la future retraite.



Les charges de l’emprunteur




Quelles sont les charges qui sont retenues dans le calcul de l’endettement ? De quelle manière sont-elles retenues ?


Afin d’évaluer la situation financière de l’emprunteur, les banques retiennent également les charges financières récurrentes.


Plusieurs types de charges seront retenues :


  • Le Loyer : Si un emprunteur sollicite un emprunt à titre locatif ou à titre de résidence secondaire et qu’il est locataire de sa résidence principale, le loyer payé sera retenu comme une charge. S’il s’agit de l’achat à crédit d’une résidence principale alors que l’emprunteur est locataire de sa résidence principale, alors le loyer ne sera pas retenu, car il disparaîtrait lors de la prise de jouissance du bien immobilier. Quelques difficultés pour les couples qui vivent dans deux villes séparées où il faut retenir les deux charges.

  • Les crédits immobiliers : S’ils perdurent aussi, ils seront retenus comme étant une charge. S’il s’agit d’un bien locatif qui est quasiment payé, la charge de crédit sera retenue, mais son impact sur l’endettement sera pondéré. Lors d’une opération d’achat revente (changement de résidence principale par exemple), le crédit sur la résidence principale en cours de vente ne sera pas non plus retenu. Certaines banques le reprennent sous forme de prêt relais afin de « dégager » la charge.

  • Les leasings : Certaines charges sont constituées de leasing : location longue durée avec option d’achat. On retrouve ce type de charge pour l’achat d’une voiture par exemple. La voiture est louée ou prise en leasing. Dans les deux cas, il faudra retenir la charge comme une dette récurrente.

  • Les prêts à la consommation : Ils seront également retenus dans l’endettement. S’il ne reste que trois mois avant qu’ils ne soient remboursés définitivement, on ne les retient pas. Souvent, si cela est possible un remboursement anticipé de ces prêts sera bénéfique. Dans ce cas, il suffira à l’emprunteur de faire une attestation* dans laquelle il s’engage à effectuer un remboursement anticipé en cas d’accord de crédit en indiquant par quel moyen financier il compte le faire.

  • La pension alimentaire versée à des enfants mineurs : La pension alimentaire peut aussi être retenue pour des enfants tout juste majeurs.



*Modèle d’attestation de remboursement anticipé de prêt :


« Je soussigné, Monsieur/Madame (Prénom Nom), déclare rembourser mon prêt N° …… dont le capital restant dû à ce jour s’élève à (montant restant en capital) dès l’acceptation de mon prêt immobilier sollicité pour l’acquisition d’un bien immobilier sis (adresse du bien) au moyen de mon épargne disponible sur le compte (type de compte, N° de compte).

Fait à (ville) le (date) pour valoir ce que de droit »


Si ce remboursement se fait au moyen d’un don parental ou familial, ou si l’apport pour le projet provient d’un don familial, il faudra également fournir une attestation de don. Cette attestation devra être accompagnée de la pièce d’identité de celui qui donne et d’un relevé de compte sur lequel figure les fonds, afin de répondre aux obligations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.


Modèle d’attestation de don :


« Je soussigné, Madame/Monsieur (Nom prénom), atteste par la présente, donner la somme de (en chiffres) (en lettres) à (lien de relation) Madame/Monsieur (Nom Prénom) pour financer l’acquisition d’un bien immobilier sis (adresse du bien). Vous trouverez en complément de cet engagement ma puce d’identité et le relevé de mon compte d’où proviennent les fonds nécessaires

Fait à (ville) le (date) pour valoir ce que de droit ».


Si le donateur est réticent à donner la copie de son épargne, il peut anticiper le don en effectuant un virement bancaire sur le compte du bénéficiaire. Il peut aussi isoler sur un compte uniquement la somme nécessaire. 


Les banques voient d’un bon œil si le don provient des parents, car il démontre que les enfants sont accompagnés dans cette démarche d’achat et que les parents seront toujours là pour aider en cas de coup dure. Il peut aussi démontrer dans une moindre mesure, l’assise financière d’une famille.


Pour pouvoir retracer tous les engagements financiers d’un emprunteur et connaître son attitude bancaire, elle procédera à l’étude détaillée des relevés de comptes bancaires de l’emprunteur.



Plusieurs informations y seront recherchées :


  • La cohérence des revenus figurant sur les bulletins de salaire et ce qui est versé sur le compte ;

  • Les charges déclarées et celles affichées ;

  • Le comportement bancaire : découverts, frais, incidents…. ;


Résumé des pièces nécessaires :


  • Contrat de prêt ou de leasing d’origine ;

  • Tableau d’amortissement des prêts ;

  • Attestation de remboursement anticipé ou de don si besoin avec, pour le don, copie de la pièce d’identité du donateur et le justificatif de l’origine des fonds ;

  • Jugement de divorce pour la pension alimentaire versée ;

  • Les relevés de tous les comptes bancaires de l’emprunteur sur les trois derniers mois.



Quelques règles de pondération d’endettement :


Mis à part les prêts qui sont sur le point de se terminer, il y a deux points sur l’endettement :


  • Concernant la pension alimentaire versée :

Elle n’est pas retenue comme une charge, mais elle est déduite directement des revenus de l’emprunteur. En effet, ce dernier ne paie pas d’impôt sur le revenu sur la pension alimentaire versée (c’est celui qui la reçoit qui paie l’impôt dessus).


Exemple : un revenu de 2 000 € par mois et une pension alimentaire versée de 500 €.

Si méthode classique : 500/2000 = 25 % d’endettement.

En réalité : 0/2 000-500 soit endettement 0 %,  mais revenu disponible 1 500 euros.


  • Concernant les charges et revenus locatifs :

Ils font parfois l’objet d’une pondération intermédiaire et c’est le solde qui est retenu en charges ou revenus.


Exemple : un salaire de 2 000 €, un revenu foncier perçu de 500 € et en face un loyer pour se loger de 500 € et un crédit immobilier de 500 €. 


Si méthode classique : 500 + 500/200 + 350 (revenu foncier pondéré à 70 %) = 42 %

Si méthode de pondération locative : 

-Premier calcul sur le bilan de l’opération : 500 – 350 = 150 de charges sur le revenu global

-Deuxième calcul : 150 + 500/ 2000 = 32 %


On comprend l’enjeu de cette méthode qui permet de rester dans la norme dans le deuxième calcul, alors que dans le premier, le dossier a de grande chance d’être refusé. Cependant cette méthode n’est pas toujours retenue par les banques qui font preuve d’une grande prudence.


Après s’être intéressées aux ressources et aux charges de l’emprunteur, les banques voudront connaître son patrimoine.




Le patrimoine de l’emprunteur




Par patrimoine on entend les actifs mobiliers : meubles, tableaux etc, mais aussi les liquidités détenues sur un compte chèque ou d’épargne. On retiendra aussi les actions détenues et les assurances vie.

Il faudra fournir tous les relevés bancaires pouvant justifier cette épargne. S’il s’agit de biens matériels, des rapports d’expertises ou d’assurance peuvent aussi servir de justificatifs.


Concernant le patrimoine immobilier, on demandera une attestation notariée de propriété, la dernière taxe foncière et une estimation récente qui peut être faite par une agence immobilière. Il est souvent juste suffisant de donner une valorisation à l’oral.


En revanche, si le bien en question est en vente et qu’il y a un montage en prêt relais, la banque pourra demander deux mandats de vente d’agences immobilières et pourra même faire intervenir son propre service d’expertise.  


Résumé des pièces nécessaires :


  • Relevés des comptes d’épargne, d’assurance vie ;

  • Rapport d’expertise ou attestation d’assurance ;

  • Attestation notariée de propriété, dernière taxe foncière ;

  • Si bien en vente : deux mandats de vente via des agences immobilières et rapport d’expertise immobilière.

Pour compléter le dossier, il faudra fournir toutes les pièces relatives au projet. Les pièces différent selon la nature du projet.



Le projet




Les pièces à fournir ne sont pas les mêmes selon qu’il s’agisse d’un achat dans l'ancien, de neuf, d’une renégociation de prêt, s’il y a un prêt relais à constituer ou bien des travaux à financer.



L’achat d’ancien 



Dans ce cas, il suffira de fournir le sous-seing privé ou le document prouvant l’achat du bien. Souvent envoyé par lettre recommandée après sa signature chez le notaire ou l’agence immobilière, il peut être opportun de sortir avec une copie de ce document lors du rendez-vous afin de gagner quelques jours (et ne pas devoir attendre la réception postale du document).

Il n’est en général pas nécessaire de fournir les diagnostiques immobiliers.




L’achat de neuf




Deux cas de figure :


  • S’il s’agit de l’achat d’un appartement ou maison sur plan auprès d’un promoteur (VEFA : Vente en l'Etat Futur d’achèvement), il suffit de fournir le contrat de réservation et ses annexes : le plan de la résidence et le plan de l’appartement ;

  • S’il s’agit de la construction d’une maison et de l’achat d’un terrain, le dossier est plus épais. En effet, dans ce cas, il faudra fournir :

                - Les éléments sur le terrain : compromis de vente du terrain ; 

                - Les éléments sur la construction : si l’achat se fait via un constructeur, alors les travaux seront repris dans un contrat : le CCMI  (Contrat de Construction de Maison Individuelle. S'il l'est via un Maître d’œuvre, il faudra les devis de chaque intervenant ainsi que la copie de leur assurance décennale.

                 - Il faudra également un devis d’assurance dommage ouvrage.

                - Les éléments sur les autorisations : il faudra aussi donner tous les éléments pour montrer la bonne marche du dossier (les plans côtés et signés, l’accord du permis de construire ou le récépissé de dépôt).



La renégociation de prêt 




Dans ce cas de figure il faut fournir les éléments d’origine du prêt comme l’offre de prêt, les conditions d’assurance et le tableau d’amortissement définitif (il est reçu après le déblocage des fonds et il est daté). 


Il faut aussi fournir le décompte de remboursement anticipé daté de deux mois après sa demande. En effet, ce document est émis par la banque de départ. Elle précise combien doit l’emprunteur en plus du capital restant : pénalités de remboursement anticipé entre autres.


La nouvelle banque ne peut se suffire du tableau d’amortissement de départ, car il ne permet pas de savoir si le remboursement s’est déroulé correctement ou s’il y a des suspensions de remboursement par exemple ou des impayés. Le décompte est souvent payant (autour de 30 euros), votre ancienne banque n’envisageant plus de vous faire de cadeau…  Il faut le demander suffisamment tôt lors de la constitution du dossier, toutefois, lorsque le dossier traîne, la nouvelle banque pourra en exiger un plus récent et il faudra repayer… .


Par ailleurs la banque voudra aussi une attestation notariée de propriété et la dernière taxe foncière




Le financement des travaux




Il faudra obtenir des devis de la part des artisans avec leur assurance décennale. Le montant total de ces devis devra être au moins égal au montant demandé des travaux


Si en cours de route vous changez d’artisan, pas de panique, la banque ne posera pas de difficulté. Certaines banques demandent des devis acceptés et signés. Il est tout à fait possible de les fournir pour faire avancer le dossier et de ne pas les renvoyer à l’artisan… 


La banque va en principe débloquer les fonds à la réception des factures des artisans ou de leur appel de fonds intermédiaire lors d'une situation de travaux. S’il s’agit de grosses sommes, les fonds seront virés directement à l’artisan, toutefois, ils sont en général versé sur le compte chèque de l’emprunteur, charge à lui de procéder par chèque ou virement au paiement de l’entrepreneur des travaux.


Afin d’assouplir cette procédure, souvent lourde pour le client et la banque, certains établissements débloquent la totalité des fonds jusqu’à 75.000 euros dès la première facture.


Résumé des pièces nécessaires :


        - Ancien :


  • Sous-seing privé ou compromis de vente.


        - Neuf :


  • Contrat de réservation (VEFA) ;

  • Plan.


         - Construction :


  • Compromis de vente du terrain ;

  • Devis des artisans ;

  • Assurance décennale de chaque artisan ;

  • Devis d’assurance dommage ouvrage ;

  • Contrat de Construction de Maison Individuelle (CCMI) ;

  • Plans, accord de permis ou récépissé de dépôt de permis de construire.


        - Renégociation de prêt :


  • Offre de prêt d’origine ;

  • Tableau d’amortissement définitif ;

  • Décompte de remboursement anticipé (à demander à l’ancienne banque, et peut être payant) ;

  • Attestation notariée de propriété ;

  • Dernière taxe foncière.


        - Travaux :


  • Devis pour le montage du prêt ;

  • Factures pour le déblocage ;

  • Assurance décennale des artisans.





Résumé 





L’adage « on ne prête qu’aux riches » n’est pas totalement faux. On pourrait plutôt dire : on ne prête qu’à ceux capables de rembourser.



Pour s’en assurer, la banque voudra connaître la pérennité des revenus, leur provenance et leur évolution certaine. 

Elle voudra aussi connaître les charges et ne pas en rajouter une fatale qui pourrait engager sa responsabilité (défaut de conseil).

Elle voudra aussi connaître l’attitude bancaire de son futur client (si c’est son client il aura déjà un rating interne) et voir s’il dépense plus qu’il ne gagne, ou bien s’il est économe et respectueux de son découvert autorisé.

Enfin, elle voudra anticiper le fait de savoir si l’emprunteur pourra rembourser la future charge en comparant à ce qu’il assumait auparavant. 




Les bons points 



  1. Une épargne avant opération ;
  2. Un apport couvrant les frais ET au moins 25 % du prix du bien hors frais ;
  3. Malgré un apport, une épargne restante après l’opération ;
  4. Une absence de saut de charge : le loyer + l’épargne programmée avant l’opération = la future mensualité de prêt ;
  5. Un patrimoine immobilier existant et déjà en partie payé.



Les mauvais points 





  1. L’absence d’épargne ;
  2. Un prêt personnel qui vient juste de démarrer ;
  3. Des relevés de compte avec des incidents, du découvert, des rejets … (souvent rédhibitoire) ;
  4. Un différentiel important entre la future mensualité et le loyer + épargne effectuée avant : comment l’emprunteur pourra pallier à la différence ? Saura-t-il réduire ou adapter son train de vie ?




Points complémentaires 





Le Prêt à Taux Zéro (PTZ)



Le prêt à taux zéro demande des pièces supplémentaires. Il faut en effet prouver que l’on n’a pas été propriétaire de sa résidence principale depuis au moins deux ans. Pour cela, il faut soit prouver que l’on est locataire, soit hébergé à titre gratuit.


A noter : Le prêt à taux zéro ne fonctionne pas si l’un des deux a déjà été propriétaire de sa résidence principale.


Pour prouver que l’on a été locataire :


  • Les baux d’habitation qui couvrent les deux dernières années ;

  • Une quittance de loyer par trimestre ou juste la dernière quand il s’agit du même bail sur les deux ans.

Cela peut être un véritable casse-tête en cas de : colocation (surtout si pas le nom sur le bail…), séparation (l’occasion de reprendre contact avec son ex qui a gardé tous les papiers…).


Il est parfois plus simple d’indiquer que l’on a été hébergé à titre gratuit par ses parents :


  • Pièces d’identité des parents ;

  • Justificatif de domicile des parents ;

  • Bail si locataire ou attestation notariée, plus taxe foncière des parents si propriétaire ;

  • Attestation sur l’honneur des parents d’hébergement.

Par ailleurs, il faudra également fournir le Diagnostic de Performance Energétique (D.P.E.).




Le Prêt 1 % Patronal



Chaque organisme fournira sa propre liste qui peut être plus ou moins exhaustive.


Partagez sur les réseaux sociaux :

SIMULATEURS DE MENSUALITÉS OU DE CAPACITÉ D’EMPRUNT

Réaliser vos simulations et déposer votre dossier en ligne afin d'obtenir les meilleurs taux de credit.

DÉPOSER UNE DEMANDE DE CRÉDIT SANS ENGAGEMENT

Répondez à nos questions pour mieux vous connaître, un conseiller vous rappellera rapidement !

Posté par Aymerick Penicaut

Aymerick Penicaut

Aymerick PENICAUT est le Président Directeur Général d'ASHLER & MANSON et de SITIGEO.COM, société qu'il a fondée en 2003 à 23 ans, après un DESS de Droit des Affaires et Fiscalité. Passionné de finance et d'immobilier, il est également formateur sur les métiers du courtage en financement immobilier.

Articles de la même catégorie:

(Moyenne de 5 sur 5 pour 22 vote(s) )



Ajouter un commentaire