Les différents types de taux de crédit

En France, la très grande majorité des opérations de financements aux particuliers se fait à taux fixe. Toutefois, il existe une offre constante en taux variable, qui séduit beaucoup plus les anglo-saxons.

Le taux fixe peut se faire aussi bien sur un prêt In Fine que sur un prêt amortissable. Les prêts relais sont plutôt à taux variables mais ils ne sont pas censés se prolonger dans le temps.

Dans le regroupement de crédit aussi il existe une possibilité de financement à taux fixe ou à taux révisable.


Taux fixe :


Le prêt est à un taux d'intérêt fixe. Il est défini contractuellement au départ et indiqué dans l'offre de prêt. Quoiqu'il arrive il ne baissera ou ne montera jamais.

 Il est souvent bâti sur les Obligations à Terme émise par les Etats sur des durées moyennes de 10 ans. Il a la faveur des emprunteurs car il sécurise leur budget mensuel en n'introduisant pas une donnée inconnue (supplémentaire). 

Il est légèrement plus cher qu'un prêt à taux révisable car il faut pour la banque couvrir son risque de hausse. Elle paie ainsi une sorte d'assurance (en terme financier elle couvre son risque).

C'est parce qu'il n'est que légèrement supérieur à un taux variable, que le taux fixe est largement plébiscité par les emprunteurs.


Taux variable :


Dans ce cas de figure, l'emprunteur décide d'accepter une part de risque en laissant fluctuer au gré des variations de marchés son taux d'intérêt.

Le prêt à taux révisable peut avoir plusieurs variantes :


Il est soit totalement variable.


Il suit ainsi la hausse ou baisse des taux

Dans ce cas de figure, il démarre assez bas : il est calé sur son indice de base : EURIBOR 1 MOIS, 3 MOIS ou 1 AN selon les métriques de la banque. 

La révision du taux est concordante avec la période de référence de son indice : EURIBOR 1 MOIS : révision mensuelle, EURIBOR 3 MOIS : révision trimestrielle, etc.

A noter qu'en ce moment, cet indice de base est proche de 0 %. 

A cela la banque ajoute sa marge de distributeur qui varie de 0,30 à 1,50 %. Ainsi, une banque qui achète l'argent à EURIBOR 3 MOIS qui serait à 0,10 % et qui prendrait une marge de 0,85 % facturerait un taux au client de 0,95 %.

Si l'EURIBOR 3 MOIS a varié à 0,30 %, le nouveau taux facturé au client pour le trimestre à venir sera de 1,15 %.

Les banques distribuant du prêt à taux variable "Pur" sont assez peu nombreuses, car l'appétence des emprunteurs pour ce type de prêt n'y est pas.


La plupart des offres de taux variables contiennent des limitations contractuelles aux variations de taux.


Le taux est alors dit "Capé". Ce cap peut protéger l'emprunteur contre des hausses pouvant aller de 1 à 3 points de variation de son indice de référence. 

Il est bâti sur l'indice Euribor (1 AN le plus souvent) auquel s'ajoute la marge de la banque (le Spread) et l'assurance (le Swap) contre la variation de l'indice. Son coût sera variable selon qu'elle couvre plus ou moins de variation d'indice

En clair, un prêt à taux variable Capé +1pt coûtera plus cher à protéger qu'un prêt à taux Capé +3pts. 

En effet, dans ce dernier cas, l'emprunteur aura accepter de couvrir jusqu'à 3pts de hausse son indice de base, contrairement au prêt Capé +1pt qui n'accepte de couvrir qu'un seul point de variation.

Par conséquent, le prix de revient de ce produit (le capé+3pts) pour la banque sera moins élevé, elle pourra proposer un taux de départ plus bas qu'un Capé +1pt pour lequel elle aura un coût d'assurance plus élevé.

En général, les prêts à taux variable, seront proposés à un taux de départ, plus bas que le taux fixe. Ils auront un avantage, du moins au tout début, sur l'ensemble des prêts.


Les différentes offres de prêt à taux variable.


Il existe plusieurs types d'offres de prêt à taux variables :

  • Les prêts à taux variables capé +1pt, 2pts, 3pts donc. D'une banque à l'autre il y a des différences. Certains varient dès le premier trimestre, d'autres au bout de deux ans, ils garantissent deux années au taux de départ. Ce sont des petites différences qui comptent. 
  • Prêts à taux mixes : une première période est fixe : 3, 5, 7 ou plus et ensuite, le prêt devient révisable : soit capé +1,5pts par exemple ou variable pur. 

Avec du recul, il est difficile de dire que celui qui a emprunté en 2007 à taux variable a fait une mauvaise affaire. En effet, le taux varie à la hausse, cas le plus souvent étudié lors de la prise de risque, mais il peut aussi varier à la baisse.

Par exemple en 2007, les prêts à taux fixe se situaient à 4.00 % sur 25 ans, le prêt à taux variable Capé +1pt à 3.50 % et le prêt à taux variable Capé + 2pts à 3.00 %. Les taux ont augmenté en 2008 pour atteindre 5.35 % sur 25 ans en taux fixe, puis ils ont rebaissé (sauf en 2011) pour atteindre un taux plus bas historique en 2016.

A cette date, le taux fixe souscrit en 2007 restait à 4.00 %, le taux variable capé +1pt avait baissé de 1pt pour atteindre 2.50 % et le taux variable capé + 2pts atteignait lui 1.00 %.

Toutefois, aujourd'hui, il paraît difficile de proposer un taux variable car les taux sont plutôt en légère montée.